Philosophie

Page 2 sur 3

Confirmation d'un style

Depuis 2018, un paysage m'attire surtout lorsqu'il incarne les trois espaces de la biosphère : lithosphère, hydrosphère et atmosphère. Cependant rien ne serait possible sans la présence du Soleil, source de toute vie. Ainsi se trouvent réunis les quatre éléments chers aux Grecs anciens : Terre, Eau, Air et Feu.

Mon style actuel résulte d'une méditation pour répondre à cette question : comment sortir d'une longue nuit dans l'abstraction géométrique ? En adaptant le vocabulaire plastique de  à l'observation du réel, notamment les paysages de mon environnement immédiat.

     Quand la photo est descriptive, ma peinture se veut suggestive.

Avec le thème du paysage, ma démarche s'affirme plutôt comme un expressionnisme anthropocosmique enrichi par l'ampleur de la palette et l'originalité de la touche. : Je m'inspire d'images existantes pour simplifier et amplifier l'essentiel. Par son iconicité (degré de ressemblance), la photographie demeure maintes fois prisonnière de la réalité et, partant, de l'apparence des choses. Quand la photo est descriptive, ma peinture se veut suggestive. Mon ambition ? Etre au plus près de ma vérité intérieure en connexion avec mes racines originelles et mon bagage cognitif.

En complément de la peinture sur le motif, à chaque saison. à pied ou à vélo, j'explore les environs pour dénicher le plus souvent un sujet remarquable par son apparente banalité, de manière à le magnifier par le style. Je repère l'éclairage parfois en différé (grâce à une de ma fabrication), qui valorise au mieux le motif choisi pour exprimer un état d'âme. Je croque l'essentiel dans un carnet, ce qu'il faudra développer dans le silence de l'atelier. A l'aide de mon appareil digital dont je me sers aussi comme bloc-notes, je prends quelques photos sous différents angles.


Peu importe le sujet

A l'atelier, j'examine attentivement les images sur l'ordinateur pour découvrir les formes absolues simples et complexes, formes à caractère, impossibles à voir sur place. Je les fais tourner dans mon esprit comme une friandise rare. Après un tri sévère, je garde les plus significatives. Vient ensuite la composition par association de formes, avec le souci de ne pas tuer l'image.

Quand toutes les formes s'accordent entre elles, l'idée plastique s'incarne. Ainsi interprété, le paysage dessiné traduit déjà mon état d'âme. A ce stade, très enthousiasmant, la composition doit répondre aux exigences d'une trilogie immuable : Unité, Variété, Clarté.

Pour un nu, un portrait ou un autre thème. je transpose  également l'étude sur la toile dans le respect des proportions. même si en cours d'exécution le tableau appelle des formes, des couleurs surprenantes de vie ; laisser la porte ouverte à l'improvisation s'impose. Si elles s'intègrent à la structure de la composition en servant l'idée plastique, je leur déroule mon plus beau tapis rouge.

Place ! voici la grande aventure de l'intelligence et du coeur pour atteindre le saint Graal de l'esthétique : l'émotion plastique, j'ai bien dit, plastique.

Francis Gengoux.

Google Analytics

Google Analytics est un service utilisé sur notre site Web qui permet de suivre, de signaler le trafic et de mesurer la manière dont les utilisateurs interagissent avec le contenu de notre site Web afin de l’améliorer et de fournir de meilleurs services.

Facebook

Notre site Web vous permet d’aimer ou de partager son contenu sur le réseau social Facebook. En l'utilisant, vous acceptez les règles de confidentialité de Facebook: https://www.facebook.com/policy/cookies/

Twitter

Les tweets intégrés et les services de partage de Twitter sont utilisés sur notre site Web. En activant et utilisant ceux-ci, vous acceptez la politique de confidentialité de Twitter: https://help.twitter.com/fr/rules-and-policies/twitter-cookies