piwuk

Au rythme des saisons

Le temps des vacances

En été, le temps s'étire à l'horizontale : il semble n'avoir jamais commencé pour ne jamais finir. Au zénith, les rayons solaires mettent huit minutes avant de toucher notre peau.

A Waulsort, depuis 340 millions d'années environ, les Roches aux Taches Jaunes contemplent la nonchalance de nos aventures.

Archives silencieuses du passé de notre planète, elles représentent la face inconnue de notre avenir.


14/10/2020

Comme dans un écrin d'ardoise

Avec le grand format, explorer le potentiel de l'étendue des valeurs et des rapports de teintes au service d'une composition de formes absolues complexes procure d'heureuses surprises.

Il m'a semblé juste de placer l'image plus bas dans le tableau, écrin gris-bleu comme l'ardoise du pays mosan. Voilà souligné mon point de vue en légère plongée. 

Dans les expositions ou dans les intérieurs, l'accrochage des tableaux ne respecte pas toujours la ligne d'horizon du paysage. Trop bas ou trop haut, l'oeuvre ne dévoile pas sa vérité.

29/08/2020

Avec les saisons

Ce tableau sur bois est le premier de la série Les Quatre Saisons. Les petits formats m'aident à peaufiner mon vocabulaire plastique avant de les transposer sur un grand format.

La vue panoramique exprime bien le déroulement du temps et de l'espace. Il permet également d'étudier la lumière et la couleur de chaque saison. Ce format correspond aussi à mon ampleur du champ de conscience, en même temps que mon besoin d'inclure le temps long dans la perception du tableau.

03/06/2020

La joie du style

Avec ce tableau, j'ai voulu approfondir le potentiel de la gamme des verts valorisée par une gamme complémentaire. Le contraste, adouci par les teintes de transition finement dégradées par le blanc, élargit la palette. Quelques glacis dans le demi-frais offrent un mystère à l'ensemble de l'oeuvre.

Le respect du temps de séchage entre chaque séance (dix jours minimum), impose la patience ; c'est pourquoi, j'ai toujours plusieurs toiles en chantier.

26/04/2020

Sentier des grimpeurs, 2020

Porté par l'invisible du réel

La drève, vue de mon balcon, m'inspire au gré des saisons. C'est le contraire de la montagne Sainte-Victoire ; Cézanne, lui, voyait son motif au niveau du sol ; moi je le vois hors-sol...

Avec la drève-2, en chantier, je tutoie la limite de l'abstraction, je m'arrête juste avant de tuer l'image. Mais je pense qu'il faudra tout de même beaucoup d'imagination au spectateur pour la voir...

Malgré tout, l'idée plastique se laisse encore deviner.

20/03/2020

Entre chien et loup

Après sa disparition derrière l'horizon, le Soleil abandonne le paysage à une palette de teintes aux valeurs semblables, où tous les chats semblent gris. Quel défi pour le peintre !

Pour restituer son état d'âme, le peintre invente une gamme de couleurs à partir d'une dominante bleue. Les lumières de la ville lui servent alors de contraste intégré.

06/03/2020


Engagement total

Le soir, quand le soleil danse sur la Haute-Meuse, la présence des quatre éléments (Feu, Eau, Air, Terre) m'offre toujours un spectacle, à la fois banal et exceptionnel. 

Avec Mosan Blues, j'évoque aussi la sonorité d'un paysage tranquille chahuté par le cliquetis de l'envol des oiseaux. 

Même si la peinture est un art muet, l'artiste observe le réel avec tous ses attributs psycho-physiologiques.

En acceptant plus volontiers l'inspiration issue de mon inconscient, mon style évolue d'oeuvre en oeuvre en troquant le côté doloriste de la peinture pour la joie de peindre.

20/02/2020



Pratique

Moteur de recherche

Le moteur de recherche interne permet de trouver, dans les Catalogues, les oeuvres par année, par technique, par support.

Pour voir toutes les oeuvres cataloguées, taper Francis ou Gengoux.

Atelier


Espace de tous les débats, projets et espoirs de l'artiste.
















































.




Inscription

CAPTCHA